25 ans d’innovations technologiques : L’information géographique, un secteur en évolution permanente

Version imprimableEnvoyer à un ami

En 1986, année de lancement du satellite SPOT 1, IGN France International naissait. Elle célèbre donc ses 25 ans d’existence. L’occasion de revenir avec Christophe DEKEYNE, directeur commercial d’IGN FI, sur les évolutions technologiques les plus marquantes de ces 25 dernières années.

« Qu’est-ce qui a changé dans l’information géographique depuis 25 ans ? Je dirai tout ou presque ! Pas de GPS, pas de photogrammétrie numérique, pas de Lidar, peu d’ordinateur, pas d’internet… J’ai l’impression que c’était la préhistoire ! 

Dans les années 80, les projets liés à l’information géographique étaient principalement des projets de cartographie ou de géodésie purs. Progressivement avec l’arrivée sur le marché de nouveaux outils permettant une acquisition, un traitement des données et un stockage plus performants, la nature des projets a considérablement évolué. 

Par exemple, c’est évident que l’apparition dans les années 90 des GPS et de l’imagerie numérique à haute résolution a eu un impact énorme et a ouvert la voie à des projets de plus grande envergure. Ces nouvelles technologies ont ainsi rendu plus abordables des projets très ambitieux comme celui qu’IGN France International a réalisé au Soudan de 2007 à 2009. (NDLR : Il s’agissait dans le cadre d’une vaste campagne d’études et de réalisations d’aménagements hydrauliques menées par le Dams Implementation Unit (DIU) de déterminer 14 points de référence liés aux références géodésiques internationales et plus de 1000 points de détail, et de faire une cartographie complète au 1 :5000 les 40 000 km² de territoire).

Bien sûr, ce genre de projets aurait pu être mené dans les années 80 ou 90 mais probablement sur un seul site de barrage au lieu des 14 étudiés en 2009 car la gestion d’un tel volume de données (4 To) n’aurait pas été techniquement envisageable avec les outils de l’époque et avec des contraintes de délai aussi fortes. 

Aujourd’hui, les projets dits de cartographie existent toujours (NDLR : IGN France International a récemment accompagné le Sénégal dans la remise à jour de sa cartographie nationale à petite échelle et commencera très prochainement les mêmes travaux au Burkina Faso), mais ils s’intègrent dans des approches plus globales de mise en place d’infrastructures de données spatiales, comme le projet que nous menons actuellement en Serbie.  

Les projets sont aussi devenus de plus en plus variés car les améliorations technologiques continuelles (capacité des SIG, richesse des données images…) ont considérablement élargi la gamme d’outils et de services que peut rendre l’information géographique. Parallèlement, IGN France International a opté pour une stratégie commerciale de diversification. Elle s’est ainsi positionnée sur de nouveaux secteurs comme le cadastre, l’administration foncière, l’environnement, les portails thématiques, la 3D...

Aujourd’hui, de nouveaux champs d’application apparaissent encore, comme la santé, le risque, le social ou la mobilité. 

Enfin, pour conclure, je citerai les 3 (r)évolutions récentes qui ont profondément impacté notre secteur d’activité. La vulgarisation d’outils comme le GPS désormais accessibles au plus grand nombre, le boom d’internet et l’apparition en 2005 de Google Earth qui ont radicalement transformé l’approche du grand public et ont notamment donné naissance à la généralisation de la géolocalisation et de la cartographie participative. Cette dernière est très utile pour certaines applications ne nécessitant pas une grande homogénéité et une grande précision, même si, évidemment, on aura besoin dans la plupart des cas, d’un socle de données qualifiées, d’une géodésie de référence et d’homogénéité dans les données. 

Depuis 25 ans, le secteur de l’information géographique n’a jamais cessé d’évoluer. Le futur nous réserve encore bien des surprises !

A découvrir : notre galerie photo "Spécial 25 ans!"