4 questions au directeur régional d'IGN FI, Hervé PICHON - SERBIE

Version imprimableEnvoyer à un ami

L’Institut Géodésique Serbe (RGZ) en charge de l’établissement du cadastre en Serbie est amené à devenir le centre pour l’Information Géographique pour la République de Serbie en accord avec les standards SDI Européens devant être en vigueur à l’horizon 2015. Pour ce faire, une collaboration est mise en place entre le RGZ et le consortium  EADS Astrium - IGN France International permettant le déploiement de composants de haute technologie, un transfert de connaissance et d’expérience unique en vue d’élaborer ce centre d’Infrastructure de Données Spatiales serbe capable de produire, mettre à jour, organiser et diffuser les données géographiques pour les citoyens, les secteurs publics et privés serbes.

Les locaux dédiés spécifiquement à ce projet ont été inaugurés à Belgrade le 21 mars dernier par le ministre serbe de l'environnement et de la planification du territoire, en présence de l'ambassadeur de France en Serbie.

4 questions à Hervé PICHON, Directeur du projet d'assistance technique pour la mise en place de l'INDG en Serbie.

1 - Astrium en partenariat avec IGN France International, vient de finaliser le déploiement d'une infrastructure informatique complète. Quelles sont les principales composantes de ce projet qui s'achèvera en 2014 ?

L’objectif du projet est de remettre en capacité le RGZ et d’instaurer les bases d’une Infrastructure Nationale de Données Géographiques.

Il s’agissait dans un premier temps d’installer l’infrastructure matérielle et logicielle pour permettre la production de nouvelles données de référence pour la République de Serbie.

En parallèle d’une pré-intégration de toutes les composantes (serveurs, stockage, traceurs, logiciels professionnels) plusieurs équipes d’ingénieurs Serbes sont venues se former à Paris, St-Mandé et Toulouse sur les différents ateliers à déployer.

Aujourd’hui, les formations sont poursuivies au RGZ avec les personnes initialement formées en France et leurs équipes d’opérateurs sur les thématiques de la mise à jour de cartes raster, la production de données topo-géographiques en stéréo, l’édition de cartes, les applications agri-environnementales et le traitement des données lidar.

Un volume important d’images satellitaires a été fourni, et plusieurs acquisitions aériennes à différentes résolutions sont en cours de réalisation.

Cette assistance technique s’entend également du point de vue opérationnel, sur l’organisation des programmes de production, la définition de produits, la diffusion des données mais aussi l’approche du marché Serbe, les partenariats, la négociation de licences de données, aux agences et organismes étatiques et/ou privés.

2 - De quelle manière IGN France International intervient aux côtés d'Astrium ?

La partie industrielle système est assurée par les équipes d’Astrium ainsi que la gestion globale du projet, tandis qu’IGN FI assume les composantes « métier » liées à la cartographie, la production de données topo-géographiques, l’exécution de la mise en production et la diffusion des données.

Cette complémentarité de 2 entités référentes dans leur domaine d’expertise est incontestablement un atout pour le RGZ.

3 - Les équipes d'Astrium et d'IGN France International ont travaillé pour équiper le RGA des moyens de production qui lui permettront de produire des cartes topographiques et thématiques qui seront ensuite partagées entre les différente institutions du pays en lien avec ces thématiques. Comment se caractérise ce transfert de compétences ?

Il s’agit pour IGN France International d’un transfert de connaissances important associant des experts nombreux et motivés, répliquant ce qui est actuellement en place à l’IGN. La chaîne logicielle en pour la restitution 3D en stéréo, basée sur le logiciel Geoview® créé par l’IGN, est désormais en place au RGZ. Plus de 80 personnes sont formées et le RGZ devrait disposer d’une base topo-géographique, des produits cartographiques associés dans les trois prochaines années.

4- De quelle manière ce projet s'inscrit-il dans le cadre de la directive INSPIRE ? 

La Directive INSPIRE se met en place progressivement au sein de l’IGN, thématique par thématique, selon la maturité des règles d’implémentation et suivant le calendrier global défini.

Pour le déploiement en Serbie, il est à ce jour difficile d’affirmer que le projet en cours est entièrement compatible avec la directive Inspire dans la mesure où les règles d’implémentation au niveau européen ne sont pas encore toutes définies.

En revanche il est certain que la production à venir de nouvelles bases de données au sein du RGZ débute selon des modèles de données compatibles avec la directive INSPIRE.

Voir la fiche du projet

Diplômé en Télédétection puis en Sciences de l’Information Géographique, Hervé PICHON a rejoint la société en 2001 comme Chef de Projet. Il réalise la première BD géographique paneuropéenne sur l’Erosion Côtière pour le projet EUROSION. Il coordonne ensuite l’initiative MESSINA dont l’objet est le partage d’informations sur la gestion des zones côtières en Europe. En 2007, Hervé Pichon rejoint l'équipe commerciale où il est en charge de la prospection sur la zone Europe ainsi que le suivi des initiatives de l’Union (GMES, INSPIRE, PCRD…).

Contact : hpichon[at]ignfi.fr