Transfert de technologie au Sénégal : pari tenu !

Version imprimableEnvoyer à un ami

En décembre 2010, IGN France International remportait un important appel d’offres de l’Union Européenne portant sur la réalisation d’une base de données cartographiques urbaines sur les 7 villes principales du Sénégal (Dakar, Thiès, Mbour, Saly, Louga, Kaolack et St-Louis). 

Prévu pour durer 25 mois, ce projet repose sur une production entièrement locale avec un fort transfert de compétences. Aujourd’hui, grâce à la montée en charge progressive des équipes, le pari est en passe d’être gagné.

Christophe Grateau, directeur régional d’IGN France International, le confirme : « Les travaux de géodésie et de nivellement et de stéréopréparation sont bien maîtrisés par 2 agents de la DTGC (Direction des Travaux Géographiques et de la Cartographie). La restitution de la ville de Thiès à 70 km à l’est de Dakar est désormais achevée et les productions d’autres villes sont très avancées. C’est le cas de Kaolack et de Mbour et Saly dont l’état d’avancement dépasse les 95%. Louga est faite à plus de 40%. Plus du tiers de la restitution à effectuer sur le projet est achevée. »
Ces résultats très convaincants sont atteints grâce à l’implication forte des équipes sénégalaises appuyées par IGN FI.

Débutés en avril 2011, les recrutements ont permis de sélectionner 15 stagiaires, tous Bac+3 ou Bac+4 avec une formation initiale en géomatique. Cette équipe a ensuite bénéficié, sous la supervision de la DTGC, d’une formation et d’un encadrement sur-mesure.
Toute la cartographie des 7 villes produites dans le cadre de ce projet sera réalisée par cette équipe. 
M. Papa Sambar BEYE, le chef de l’atelier de production, explique : « Le transfert de compétences fonctionne uniquement si les personnes formées sont vraiment accompagnées. Dans le cadre de ce projet, ce n’est pas un vain mot : IGN FI a dépêché des restituteurs de métier qui viennent régulièrement assister les équipes ici à Dakar. On assiste depuis le début de la mise en place de l’atelier en mai dernier à une véritable montée en puissance de l’atelier qui atteint aujourd’hui des rendements corrects, comparables aux standards du marché ».
Ousmane Lamine CASSE, stagiaire sur le projet, ajoute : « La formation est très importante, évidemment. Mais surtout notre motivation est très forte, car à travailler sur ce projet, tous, nous ressentons l’immense fierté de servir notre pays ».

L'implication des équipes sénégalaises répond à la stratégie de la Délégation de l'Union Européenne du Sénégal en matière de transfert de technologie, visant à améliorer la capacité opérationnelle de la DTGC  et renforcer la capacité de ses agents. Cela devrait leur permettre d'atteindre les objectifs fixés par la politique du gouvernement du Sénégal en matière de cadastre et de couverture totale du territoire. 

Le présent projet fait suite au projet de réfection complète de la couverture cartographie du Sénégal  au 1/200 000, déjà mené par IGN France International. Ce premier projet financé sur le 9ème FED et réalisé par la DTGC, avait également contribué à la modernisation des matériels et au renforcement de capacité de la DTGC. La DTGC pourra à terme poursuivre de façon autonome, la restitution de l'ensemble des villes du Sénégal au 1/2 000 et la mise à jour de la base de données cartographiques urbaines. 

Un second séminaire d’avancement aura lieu à Dakar début février en présence des principaux utilisateurs et bénéficiaires de ces données. 

Lire l'interview de Youssou Ndong, directeur des travaux géographiques et de la cartographie

Contacts :
Au sein d'IGN France International : cgrateau@ignfi.fr
Au sein de la DUE : delegation-senegal@eeas.europa.eu