Première conférence algérienne sur l'infrastructure nationale des données géographiques

Version imprimableEnvoyer à un ami

Dans l’optique d’encourager la mutualisation de l’information géographique en Algérie, son échange et son interopérabilité, l’INCT (Institut National de Cartographie et de Télédétection d’Algérie), en partenariat avec l’ASAL (Agence spatiale algérienne), l’OGEF (Ordre des géomètres experts fonciers), le CRAAG (Centre de recherche en Astronomie Astrophysique et Géophysique) et l’ANC (Agence nationale du cadastre), a organisé les 9 et 10 octobre dernier, la première conférence sur l’infrastructure nationale des données géographiques.

Cette conférence qui se penchait sur les aspects juridiques relatifs à la mutualisation et au partage des données ainsi que sur les mécanismes nécessaires à la réalisation d’une INDG, s’était fixée les objectifs suivants :

  • Dresser un état des lieux sur la production et l’emploi de l’information géographique en Algérie et exposer les problèmes rencontrés
  • Donner l’opportunité aux utilisateurs de cette information de présenter les difficultés qu’ils rencontrent, d’émettre leur réflexion sur cette INDG et définir leurs attentes
  • S’inspirer pour la mise en place d’une INDG, des modèles existants notamment, en Europe et dans les pays précurseurs dans cette thématique
  • Etablir un échéancier de réalisation de ce projet et confier son suivi à un Comité d’experts dont la coordination sera assurée par l’INCT.
Ce séminaire a regroupé des représentants de plusieurs acteurs nationaux ainsi que des experts internationaux venus partager leurs expériences.
C’est dans ce contexte que Jean-Philippe GRELOT, le Président d’IGN France International/ Directeur général adjoint de l’IGN, a répondu à l’invitation de l’INCT et a fait part de son expérience sur les 2 thèmes suivants :
  • Mutualisation de l’information géographique et mise en place d’un environnement juridique
  • Développement d’une infrastructure de données géographiques, problématique et enseignements.
Comme il a eu l’occasion de le rappeler lors de son exposé, « une infrastructure de données géographique n’est pas seulement constituée de données, de technologies et de moyens permettant de les produire, de les gérer, et d’en permettre l’accès technique. La mise en place d’une infrastructure de données géographiques, c’est l’ensemble des facteurs organisationnels et économiques qui vont répartir les responsabilités et les rôles des différentes entités impliquées, définir les produits et les services associés, définir les règles de collecte et d’entretien des référentiels de données, de production et de diffusion des produits et des applications mis en forme pour les utilisateurs. ».
 
Les acteurs principaux de l'information géographique ont répondu présent à ces 2 journées d'exposés et débats, souvent animés, et qui ont illustré la volonté algérienne de mutualiser les activités du secteur pour le bénéfice du développement du pays.